Recherche
×

S'inscrire

Use your Facebook account for quick registration

OR

Create a Shvoong account from scratch

Already a Member? S'identifier!
×

S'identifier

Sign in using your Facebook account

OR

Not a Member? S'inscrire!
×

S'inscrire

Use your Facebook account for quick registration

OR

S'identifier

Sign in using your Facebook account

Accueil Shvoong>Médecine & Santé>Médecine Exploratoire>Maladies auto-immunes et traitements

Maladies auto-immunes et traitements

par: SylvieTherrien     Auteur(s): DR.SAJEEV VASUDEVAN
ª
Ce résumé a été traduit du AUTOIMMUNE DISEASE AND TREATMENT
 
Dans les maladies auto-immunes, le système immunitaire du corps devient incapable de contrôler ses réactions et s'attaque à ses propres substances, causant ainsi une destruction des tissus et leur malfonction. Cela conduit à un nombre de maladies chroniques qui doivent être traitées à vie. Les maladies auto-immunes sont caractérisées par la présence d'anticorps et de cellules-T s'attaquant à leur propres composantes appelées auto-anticorps et cellules-T autoréactives. Une personne ordinaire produit des anticorps en proportion normale, en fonction de son âge, pendant une infection virale ou bactérienne. Le système immunitaire, en communication avec les cellules autoréactives et la cytokine cellulaire préviennent les réponses de défense excessives. Lorsque ce système faillit ou lorsque la personne est exposée à des agressions environnementales ou autres, une maladie auto-immune peut faire son apparition. Les études ont démontré que, chez des individus à risque de développer ce type de réponse, on peut identifier la présence d'auto-anticorps Ñ.-Comme par exemple, détecter la présence d'anticorps anti-insuline, en combinaison avec d'autres tests peut aider à prédire le début d'un diabète. Il y a deux types de maladies auto-immunes: spécifiques ou non, par rapport aux organes touchés. Dans les maladies non spécifiques, le système s'attaque à différents organes, causant des maladies systémiques tels: l'arthrite rhumatoïde, le lupus érythrodermique systémique, le syndrôme de Sjögren, la sclérodermie, la poly et dermatomyosite, la spondylarthrite ankylosante et les rhumatismes. Les maladies spécifiques se limitent particulièrement à certains organes. Parmi les plus communes sont le diabète insulino-dépendant, les maladies de la thyroïde (les maladies de Graves et de Hashimoto), la maladie d'Addison et quelques maladies des reins et des poumons. Quelques maladies neurologiques comme la sclérose multiple et la myasthénie gravis peuvent aussi être considérées comme auto-immunes car elles sont caractérisées par la présence d'anticorps et de cellules-T réagissant avec leurs propres composantes.
Quelques maladies des yeux (uvéite) de la peau (psoriasis), du foie (des formes de l'hépatite et de la cirrhose) les maladies inflammatoires des intestins et les maladies du système reproducteur (infertilité mâle ou femelle). Tous ces problèmes peuvent résulter de la prédominance des réponses auto-immunes. Le processus auto-immun, stimulé par les infections virales, incluant le virus HIV (voir SIDA), affecte fréquemment les plaquettes et les lymphocytes. Le phénomène auto-immun peut aussi accompagner certains cancers ou être précipité par une exposition à certains produits chimiques. L'origine des maladies auto-immunes est inconnue. Elle se produit plus souvent chez les femmes et chez quelques unes, on retrace une composante génétique récurrente familiale. En regard de la réponse immunitaire, les gènes semblent conférer une susceptibilité particulière. Plus précisément, le développement d'une maladie auto-immune requiert deux facteurs: une susceptibilité génétique et un stimuli additionnel comme une exposition à des agents pathogènes ou à des toxines. Les stratégies de traitement de ces maladies, bien que limitées actuellement par un manque de de compréhension de leurs mécanismes, débutent par le soulagement de la douleur et par la gestion de la perte des fonctions. Le drainage des anticorps toxiques, applelé plasmaphérèse peut être utile dans des maladies comme la myasthénie gravis. Il existe aussi les traitements à base de corticostéroïdes, de dérivés de la chloroquine et de petites doses de composés anti-métaboliques ou anti-cancers. D'autres traitements ciblent les cellules du système immunitaire, telles les cyclosporines.
Publié le : 07 avril, 2006   
Veuillez noter ce Revue : 1 2 3 4 5
Traduire Envoyer Link Imprimer

New on Shvoong!

Top Websites Reviews

X

.