Recherche
×

S'inscrire

Use your Facebook account for quick registration

OR

Create a Shvoong account from scratch

Already a Member? S'identifier!
×

S'identifier

Sign in using your Facebook account

OR

Not a Member? S'inscrire!
×

S'inscrire

Use your Facebook account for quick registration

OR

S'identifier

Sign in using your Facebook account

L''enfant de sable

par: FroissartPatryck     Auteur(s): Tahar Ben Jelloun
ª
 
Auteur : Tahar Ben Jelloun
Titre : L’enfant de sable Genre : roman
Editeur : Seuil (Paris, 1985) Tahar Ben Jelloun est un sorcier, un forgeron, un griot détenteur du pouvoir de ces charmeurs de serpents, ou d’auditeurs, qui faisaient autrefois la magie de la place Jamaa El Fna, et qui apparaissaient régulièrement, fidèlement, à un endroit fixé de tous les souks villageois. Le lecteur est transporté dès les premières pages sur le tapis persan, oriental, marocain. L’histoire d’Ahmed, que son père a appelé de ce nom d’homme par honte d’avoir eu avant lui sept filles, est le récit d’abord intime, déchirant, lourd, d’une secrète histoire de famille. Seuls les parents, l’accoucheuse, puis l’intéressé(e), savent qu’Ahmed est la huitième fille. Le roman n’est pas linéaire, reste inachevé, comporte des zones d’ombre, est à plusieurs voix, à plusieurs narrateurs qui se contredisent, ou se complètent, peut-être (au lecteur de choisir, d’imaginer, de remplir les vides), à la manière, justement, de ces récits interminables qui courent de place en place, de conteur en conteur, enjolivés, exagérés, personnalisés par les fantasmes de chaque diseur, comme les Mille et Une Nuits dont chaque conte aurait été composé par une personnalité différente. Le Je des narrateurs, prétendus témoins, ou héritiers du cahier journal d’Ahmed, se mêle à celui du personnage, les versions s’entrecroisent, s’entremêlent, dans un jeu savant, labyrinthique, de miroirs, de routes, de lieux géographiques ou littéraires, où le narrateur auteur finit par se perdre lui-même, volontairement, avec délectation, jusqu’à s’identifier à au moins un autre grand auteur, qu’on reconnaît comme étant Jorge Luis Borges, dont le zahir apparaît brusquement dans les fils d’une histoire de plus en plus embrouillée, qui se dilue dans les sables du désert, c’est-à-dire l’intertexte.
On comprend que Le Clézio, lui-même conteur des sables et des déserts, ait aimé ce roman qui n’a pas de fin, et qui a toutes les fins : « Tahar Ben Jelloun sait nous retenir au bord du sommeil par quelque rebondissement possible qu’il fera attendre jusqu’au matin, surtout qu’au bout il y a le Secret, une Toison d’Or, qui est la récompense du lecteur et le cadeau du scribe… ». A chacun d’y découvrir son propre secret. Patryck Froissart, le 3 mars 2006
Publié le : 01 octobre, 2007   
Veuillez noter ce Revue : 1 2 3 4 5
Traduire Envoyer Link Imprimer

New on Shvoong!

Top Websites Reviews

X

.